L'ordre du Cister est fondé en 1098, et Poblet en 1150, alors que cent ans ne se sont pas encore écoulés. Les XIIe et XIIIe siècles sont au cœur de l'histoire de notre monastère. En fait, ils nous laissent avec les pièces principales de la maison: un espace, beau et fonctionnel, pour la recherche de Dieu. Cet espace nous est parvenu presque intact. Le 14e siècle est encore un siècle de grandes réalisations, mais aussi celui du déclin lent mais irrévocable. En 1835, la confiscation de Mendizabal conduit à l'exclusion de la communauté des moines, qui ne se rétablit qu'en 1940, avec l'arrivée d'un petit groupe de cisterciens en Italie.


Nous n'avons pas parlé d'illustres abbés de Poblet, ni de comtes, de rois, ni de constructions ... Nous pensons que c'est vraiment l'humilité qui écrit l'histoire. La dalle funéraire d'un ancien abbé de Poblet, le père Vicenç Ferrer, décédé en 1411, placée dans le cloître, juste en face de la salle capitulaire, au milieu, est clairement indiquée par la tombe, afin que chacun puisse y marcher en entrant et pars, avec cette inscription unique et révélatrice: Miserere mei Deus secundum magnam misericordiam tuam, du Psaume 50, le psaume avec lequel Saint Benoît commence chaque jour par les louanges du matin, à l'aube, et dans la récitation duquel il veut que tous les moines soient présents (cf. Règle de Saint Benoît 13, 2). La prière que, comme l'abbé Ferrer, nous devons à nous, avec confiance et grâce, car, finalement, la vie du moine se résume dans cette attitude d'abandon à Dieu: "ne jamais désespérer de la miséricorde de Dieu »(Règle de saint Benoît 4, 74).

La Charte de la Charité est un court document, écrit en latin, du XIIe siècle, qui a officiellement donné naissance à l'Ordre cistercien, car il définit son organisation interne et sa forme de gouvernement. L'auteur du texte est le troisième abbé de Cister, Esteve Harding (1108-1133). Ce texte constitutionnel est toujours le document de référence pour l'organisation de l'Ordre cistercien, étant entendu qu'il ne remplace en aucune façon la Règle de Saint Benoît. A l'occasion des premières fondations de Cister (La Ferté, 1113 et Pontigny, 1114), Esteve Harding a préparé ce texte, la Charte de la Charité, pour réglementer les relations entre les monastères d'un ordre qui commençait à s'étendre. Le premier texte a été discuté avec les abbés de La Ferté et Pontigny, puis révisé par les chapitres généraux de 1115 à 1119, qui concernaient déjà 12 abbés. Le texte 1119, appelé la Première Charte de la Charité, a été approuvé par le Pape Calixt II le 23 décembre 1119.